Il y a crise. Effectivement, il faut reconnaître qu’aujourd’hui chercher un travail, c’est être en situation de crise. Être en recherche d’emploi est la plupart du temps une situation que l’on n’a pas choisie. En ce sens, cela est comparable à une crise (définition du dictionnaire Robert : situation, période de changement non maîtrisé et ressentie péniblement).
A RETENIR : 
Reconnaître que l’on est dans cette situation délicate n’est pas en rajouter et se désespérer, mais bien considérer que cette situation particulière exige des réponses elles aussi bien spécifiques.
A FAIRE :
– Relativiser cette situation? Certes, ce n’est pas agréable mais chacun sait que la vie nous réserve des situations difficiles. Qu’il s’agisse de questions de santé, de décès de proches…
– Lister sur un document ses atouts. Même si la situation peut être complexe à gérer (âge, absence de qualification), chacun dispose d’atouts – références, savoir-faire, envies – tant en termes techniques que comportementaux – cela commence par le permis de conduire – envie de travailler, implication…
Certaines expériences associatives peuvent être mises en avant pour expliquer sa sociabilité, sa capaciter à organiser. Dans certains cas établir un bilan de compétences aidera à se rendre compte que l’on dispose de plus d’atouts qu’imaginés.
– Se mettre en ordre de marche. Se donner un plan que l’on va mettre en oeuvre. On ne peut agir dans la durée si on n’écrit pas son plan de travail. C’est une vraie perte d’énergie de se lever chaque jour en se demandant ce que l’on va faire pour trouver un travail ! Cela revient à se remettre en cause et finalement à agir de façon probablement aléatoire. Nous suggérons d’inscrire sa démarche dans un plan d’action et finalement de se lever chaque jour pour réaliser ce plan (et non remettre sa vie en question). Et saluer les avancées comme il se doit. Une réponse positive pour un entretien, cela signifie que l’on est sur la route… C’est une nouvelle étape qui se présente.