Merci Alexandre – verbatim du débat du Lundi 24 avril 2017

Parce que le digital transforme le monde…et nos vies, nous allons devoir faire, et de plus en plus,  des choix pour nous et nos entreprises !

Alexandre Tissot en charge des programmes d’accompagnement et de changement, est spécialiste des questions de transformation, et notamment de celle des organisations. Il nous a invité à élargir notre regard et à penser la culture digitale au-delà des performances technologiques.

Dans une société emplie d’innovations, de changements dans les organisations et les marchés, nous sommes face à de nouvelles technologies à la fois prometteuses et inquiétantes. Nos intentions et nos orientations autour de ce que le numérique peut transformer dans nos vies, privées et professionnelles, deviennent déterminantes.

Ce bouleversement nous invite à réfléchir sur nos choix, individuels et collectifs, autour du digital et de son usage;

-Plus c’est complexe, plus il y a de la diversité et donc de la richesse

Complexité ne veut pas dire complication, on assiste aujourd’hui à des bouleversements complets sur les organisations (horizontalité ≠ verticalité), sur la disparition des hiérarchies. Dans le monde digital ce n’est pas forcément celui qui sait, qui agit.

-Digital, d’abord un moyen d’accélération de nos usages

Il n’est pas important de comprendre avant d’agir ! Contrairement à ce précepte bien établi…Aujourd’hui les applications doivent être conçues pour s’appliquer sans mode d’emploi…C’était une exigence de Steve Jobs, livrer des produits sans mode d’emploi.

L’accumulation des connaissances n’est pas gage d’efficacité, il est préférable d’être en capacité à se mettre en relation…C’est elle qui nous transforme.

-Une transformation, c’est d’abord une intention et une envie avec aussi un peu d’intuition.

La transformation ne peut se limiter à la périphérie et alors que bon nombre d’entreprise se focalisent sur la relation client ou les process, la transformation doit avant tout se faire de l’intérieur, ce qui amène à inverser notre attitude  : « Customer second, employees first »

Changer, c’est engager un mouvement vers une étape, un objectif. Transformer, c’est changer de forme pour s’adapter, sans savoir précisément où cela nous conduit… Cela suppose une grande confiance entre les acteurs L’expérience que vit chacun est essentielle… Pour encourager ce changement, il est bien plus profitable de capitaliser sur les atouts de chacun plutôt que de vouloir combler ses points faibles…Ré-accepter l’incertitude, comme une opportunité pour innover. Dans la transformation le temps est une des variables et mais il est mineur dès lors qu’il y a évolution.

Un grand merci Alexandre pour ces éclairages et ce débat