Quels sont les enjeux que nous aurons à gérer dans nos futurs métiers ?
Par l’Association de l’École de la Communication de Sciences Po.

Diapositive5.JPG

Nos questions :

  • Adaptabilité et créativité sont le futur de ce métier. Que faire pour introduire de l’innovation et de la R&D au sein même des directions de communication ?
  • Les agences de communication et les directions de communication que vous représentez sont-ils à même de suivre les évolutions de la société ? Vous estimez vous suffisamment efficaces pour bien cibler un public de plus en plus fragmenté ?
  1. Les nouvelles technologies
    Les nouvelles technologies seront un facteur fondamental que nous devrons comprendre et savoir prendre en compte aujourd’hui pour mieux comprendre les évolutions du métier de la communication dans les années à venir.
    La convergence et l’internet permettront un ciblage de plus en plus précis et une meilleure connaissance de son client. Nous pensons que le futur résidera probablement dans la communication de plus en plus personnalisée et ciblée.
    Parallèlement, on pense que les voies classiques de la communication, bien qu’elles ne disparaîtront pas, vont s’essouffler et il nous faudra mettre en place de nouvelles stratégies de communication pour accrocher et intéresser : on passera de l’advertising à « l’advertainement » (arrêter d’essayer d’intéresser les gens et devenir ce qui les intéresse).
  2. Révolution numérique et adaptation
    La quasi-totalité des enquêtés ont fait ressortir le fait que on ne peut pas parler de révolution au sens propre étant donné qu’on parlera encore de révolution numérique dans 5 ou 10 ans. La révolution est passée, on est entrés dans une ère ou les technologies sont désormais en constante évolution et le développement est de plus en plus rapide. Cala aura pour conséquence des changements très rapides au sein des métiers de la communication et nécessitera une constante adaptation. L’adaptabilité fera partie intégrante du métier de la communication.
    Cette adaptation impliquera pour les futurs communicants d’avoir des compétences particulières et notamment la capacité de comprendre le monde où ils évoluent. Cella semble être déjà le cas de la génération que nous représentons aujourd’hui ici car parmi le panel des enquêtés tous se considèrent désormais « digital natives », c’est-à-dire ayant connus certes  le début de la révolution numérique mais ayant dès l’enfance grandi avec les nouveaux outils de l’ère internet. Notre rôle sera, d’après certains, essentiel : la génération charnière est passé et nous sommes les acteurs de la « communication 2.0 ».
  3. Une société complexe
    Le monde où nous allons évoluer en tant que communicants lui aussi est en pleine mutation. La société, à l’image de la technologie, évoluera de plus en plus rapidement. Les habitudes de consommation changeront (rapidement et constamment), les profils des consommateurs aussi et de nouveaux acteurs prendront de plus en plus d’importance (notamment les jeunes etc..). La société serra de plus en plus complexe et fragmentée. Le communiquant de demain devra pouvoir comprendre cette société pour mieux développer ses stratégies. Il serra un véritable sociologue à l’écoute de ce qu’il se passe dans l’ensemble de cette société toujours plus difficile à cerner.
  4. Internationalisation
    L’internationalisation et la mondialisation sont une problématique bien connue mais son rôle elle est loin de faire l’unanimité. Nous sommes bien à l’ère du « think global », les grandes campagnes de communication sont gérées par des équipes au niveau international et cella sera une grande opportunité pour nombreux d’entre nous mais, on commence aussi à percevoir les limites de cette logique.
    En effet, une autre moitié des interviews nous rappellent aussi que la communication à la spécificité qu’elle ne peut pas toujours être efficace lorsque pilotée d’un point de vue international. La communication ce sont des mots, c’est un langage, c’est une culture. Pour pouvoir être cohérent et efficaces il faudra aussi de plus en plus savoir écouter et travailler au niveau local.
    L’enjeu qui se pose alors est celui de la mobilité du communiquant de demain : pourra-t-il travailler internationalement sans prendre en compte la spécificité de son public et vice versa ?
  5. L’évolution du métier de la communication au sein de l’organisation
    Le rôle de la communication et la communication elle même est encore aujourd’hui relativement peu compris et parfois même (trop) dévalorisé. Cependant, on estime que cella va changer dans les années à venir et que ce processus à déjà commencé.
    Nous pensons qu’au sein de l’entreprise par exemple la communication va acquérir un rôle de plus en plus important à la fois que les moyens économiques attribués augmenteront. Les entreprises comprennent de mieux en mieux l’importance du rôle de la communication à l’externe mais aussi à l’interne. La communication va donc se construire une véritable légitimité et une crédibilité dont elle a encore du mal se vanter aujourd’hui. Certains poussent même la logique beaucoup plus loin en avançant qu’a terme des métiers comme le « planning stratégique » seront incorporés au sein des entreprises et non plus laissées aux agences de communication.
    La communication est donc perçue comme un secteur en pleine expansion et par conséquent qui présentera de nombreuses opportunités. Elle sera d’autant plus convoitée qu’elle ouvrira beaucoup de portes au sein d’une organisation étant donnée la transversalité de ses activités et la polyvalence des professionnels. On imagine donc un métier qui permettra une grande mobilité verticale et horizontale.
    Toutefois, beaucoup rappellent que c’est un secteur qui est et restera ultra-compétitif à cause de l’importance de la créativité et par conséquent avec les idées fraîches et neuves, notamment de jeunes dynamiques et talentueux.