Conversations en cours…

Media de l’intime ?
A l’origine, la nature d’un blog était de partager une forme d’intimité avec des personnes que l’on connaissait ou pas. Ce journal intime pas très intime proposait des histoires que l’on savait exposées aux yeux de tous. Une forme de théâtralisation de sa personne en ligne. Les informations proposées peuvent développer un intérêt commun avec d’autres internautes. C’est à partir de ce moment que se crée l’audience puis éventuellement la communauté. Cela correspond aux aspirations profondes qui consistent à aller du « Moi je » vers le « Moi Nous » comme le raconte très bien Françoise Bonnal dans son livre « La ré-alliance ». On veut participer en tant qu’individu à la construction du groupe. Devenir un acteur de la communauté. Ce principe de « l’intimité » partagée est très présent chez les jeunes, on le voit avec la réussite de plateformes comme « Sky Blog ».  Il touche progressivement de plus en plus de monde dans toutes les couches de la population. On a vu apparaître des « serial » blogueurs qui pratiquent le point de vue d’expertise et qui par leurs multiples liens construisent des réseaux d’influence. Ils deviennent alors progressivement des influenceurs.

Cette relation que je nommerais par convention « d’intimité » devient bien rapidement une relation basée sur un intérêt commun notamment lorsque l’on rentre dans  la sphère professionnelle. Les marques recherchent de la proximité avec leurs consommateurs. Et il existe plein de dispositifs interactifs pour créer cette proximité : Tchat, Forum, réseaux…

Le Blog est-il alors le meilleur outil pour créer de la proximité ? Une marque est-elle légitime pour développer de l’intimité ?

Les blogs, formidables outils d’opinion et d’influence se révèlent être aussi de formidables plateformes de communication. Ils enchantent la relation entre bloggeurs en fournissant des possibilités de mise en relations infinies.

Mais c’est aussi un outil à traiter avec infiniment de prudence, notamment lorsque l’on est une marque, sinon l’expérience peut se révéler difficile.

Ce sont de véritables relais d’opinion, de stratégie d’influence et de buzz monitoring. Ils permettent de réagir en temps réel pour répondre, compléter l’information en temps de crise. Ils sont aussi extrêmement efficaces pour développer de l’information et des messages complexes, dans les secteurs Banque et Assurance, par exemple.

Y a-t-il quelques petites règles de bon sens à retenir pour optimiser nos blogs ?

Blog = Audience : La création d’une communauté d’intérêt est le préalable à l’existence même d’un blog.

Blog = Instantanéité : Comme avec le net où l’on est passé du « Time to market » au « real time to market », on passe du « time to inform » au « real time to inform »

Le facteur temps est clé dans ce type de communication car on a la capacité à propager une information ou une rumeur au sein d’une communauté en quelques heures.

Qu’avons-nous à partager ensemble ?
Pour Philippe Pinault qui dirige la société Blog Spirit, éditeur de plateformes grand public et de plateformes BtoBtoC, c’est l’activité en 1, c’est-à-dire la capacité à impliquer l’audience. Pour cela sa société travaille avec des « Community manager » dont le rôle est d’animer, de modérer*, d’informer et d’opérer de la veille. De son point de vue, l’intérêt business est le second pied du développement d’une communauté de publics impliqués.

* La notion de modération va avec la notion de transparence. Elle doit être en permanence mesurée pour éviter l’effet néfaste de la censure qui va à l’encontre du registre de communication de ce média et aura pour conséquence un rejet de la communauté. C’est aussi un échange permanent entre l’entreprise et le partenaire. Le modérateur est avant tout un individu comme les autres qui doit installer une relation de confiance avec les bloggeurs.

Alors, on peut légitimement se poser la question : Une marque peut-elle se positionner sur la blogosphère en créant son propre Blog ?

Transpirer la marque et prôner la transparence
Il est important de savoir « capter » les conversations pour mieux échanger mais il est indispensable d’être en harmonie avec les actifs de la marque dit Emilie Darlet, Présidente de Avedya. C’est-à-dire que la politique éditoriale doit être en phase avec les valeurs, le positionnement et les produits de celle-ci. Quelle que soit la transcription créative, la ligne éditoriale doit être en phase avec ce qu’est la marque et doit permettre de valoriser ses actifs. C’est ainsi que cette relation privilégiée construit la marque et confère un statut à l’audience qui se sent valorisée.

Par exemple, on sait que sur la cible ado, il y a des univers de marque plus légitimes que d’autres. Les univers dit « Socialisant » (Musique, mode, sorties…) fonctionnent naturellement bien sur ce public. On a une vraie rencontre entre les besoins de la cible et la nature même de la marque. Par exemple, pour la marque Orange qui ne propose pas au niveau de la marque de valeurs structurantes sur ce public parce que trop normative, c’est au niveau des contenus (le sport, le cinéma…) que la communauté va être fédérée et s’impliquer.

Cependant, et en particulier sur ce public, il faut montrer que l’on écoute, donner la parole et afin que cette parole donnée soit un moteur de la relation. Ils deviennent alors des prescripteurs.

Cependant un Blog de marque ne peut avoir souvent qu’une durée de vie limitée car sinon, la marque, par nature, passe d’un statut légitime sur une communauté donnée à un statut d’influenceur. Un blog est intéressant dans un dispositif de communication plus global pour répondre à des problématiques communautaires spécifiques.

La propagande est parfois le meilleur ennemi de la communication ou de l’information.

Par nature, l’opinion est à traiter avec beaucoup de respect. Lorsque l’on est une marque, on est en relation, sur ce média, avec un public qui est là pour se faire une opinion où pour la donner.

Avoir une longueur d’avance, c’est être capable de comprendre l’opinion et les courants qui sous tendent l’évolution de notre société de consommation. Si les femmes de plus de 50 ans se mettent en conversation sur les blogs, cela va assurément de concert avec une maturation de l’usage des technologies. Mais aussi certainement une évolution de l’envie de partager des centres d’intérêts, sans frontière aucune.

Rentrons en conversation !