MESURER L’OPINION!

En pleine campagne présidentielle, sujet éminemment sensible … regard affûté de Bernard Sananès, président de la société d’études Elabe et intervenant régulier sur les plateaux de BFM TV et C dans l’air sur France 5 comme expert des sondages.

« En pleine élection électorale, il importe que nous soyons conscients de deux phénomènes majeurs qui traversent notre société et qui expliquent pour partie la volatilité des opinions…

  • La peur. On devrait peut être dire les peurs car elles sont nombreuses. La peur du déclassement, de la précarité envahissent les esprits de chacun qui autour de lui constate cette situation pour lui-même ou ses proches. D’autres peurs concernant la planète, un monde déréglé, les épidémies etc.
  • La défiance face aux élites, aux médias, aux sondages,  et particulièrement face aux  politiques. Nous vivons sans les repères qui hier permettaient de se situer. Alors les opinions se font et défont au gré des événements, des faits divers, de considérations montées en épingle par l’emballement médiatique.

(23% des français ont du mal à boucler les fins de mois ; un français sur deux a un proche au chômage)

Cette situation ne crée pas pour autant l’immobilité…On assiste même à des mouvements importants qui illustrent de nouvelles tensions…

La peur peut inciter le mouvement. De nombreuses initiatives apparaissent, on voit une société civile active, via ses associations, le mouvement des start-up…une certaine envie de croire. On assiste à des rassemblements d’intérêts, d’idées et aussi à de nouveaux clivages. Des clivages territoriaux entre les banlieues et le monde rural qui apparaissent délaissés face à ceux des grandes villes. Des clivages entre actifs et retraités…

Une grande interrogation sur les candidats entre expériences et renouvellement…Faut-il oser le renouvellement ou privilégier les expériences ? Entre protestations et solutions (ce que propose Mme Le Pen répond-il à une envie de protester ou apporte-t-elle des solutions ?)

Finalement les présidentielles exacerbent ces mouvements pré-existants, car il s’agit de choisir autre chose. Malgré un réel succès des primaires, il se peut qu’aucun des 2 ne gagne l’élection présidentielle. Quel sens donner à ces primaires ?

Il y a cette fois 4 forces importantes en présence (contre 3 au préalable) et le clivage droite-gauche explose…Pour se repérer, pas si simple, d’où la volatilité des opinions, cauchemar des sondeurs !

Ce qui perdure, c’est le poids de la TV, car si les réseaux sociaux font le buzz, c’est beaucoup en reprenant ce qui s’est dit à la télé ! On ne ressent pas de thème fort qui ressort sur cette campagne

Emmanuel Macron est une marque start-up créée en un an grâce à un couplage web/ comités citoyens »

Il semble donc de plus en plus aléatoire de mesurer les opinions tant elles sont multiples, transverses, émotionnelles… Cependant une chose essentielle ressort dans les enquêtes, c’est le besoin de COHERENCE. Comme  toute marque constituée, les candidats doivent en faire la preuve.. … A bon entendeur salut.

Un grand merci Bernard pour ces échanges au cœur de notre actualité citoyenne